Derniers commentaires

J'ai été hospitalisé 1 an et ...

29/04/2010 @ 20:07:48
par garcia


J'ai signé la pétition, et mes ...

06/04/2010 @ 23:13:40
par anonyme


je suis très concernée par ...

22/03/2010 @ 16:40:14
par lauprêtre


Salut!Je naime pas beaucoup to blog ...

21/03/2010 @ 12:56:53
par Clemence


Selon mon expérience avec de nombreuses ...

19/03/2010 @ 03:42:49
par club penguin


Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

Jul202015

04:12:47

neuroleptiques cachés

 
 
Communiqués de presse
Numéro 245, décembre 2003
p.833
Antidépresseurs IRS et neuroleptiques "cachés" : une association piège
Les neuroleptiques "cachés", c'est-à-dire dont l'indication thérapeutique n'évoque pas leurs propriétés neuroleptiques, sont parfois responsables d'interactions médicamenteuses graves.
Les médicaments neuroleptiques sont des psychotropes surtout connus pour être utilisés dans des affections psychiatriques. Mais certains neuroleptiques dits "cachés" sont commercialisés dans des indications éloignées de la psychiatrie. Par exemple, derrière l'usage du métoclopramide (Primpéran° ou autre) et de la métopimazine (Vogalène°) dans le traitement symptomatique des nausées et des vomissements, se cachent deux neuroleptiques. Le libellé de leurs indications, qui n'évoque pas une affection psychiatrique, peut nuire au repérage par les patients et les soignants des propriétés neuroleptiques de ces médicaments, et par conséquent ne pas faire penser aux risques d'effets indésirables neurologiques auxquels ils exposent. Ces risques d'effets indésirables peuvent être majorés lorsque ces neuroleptiques sont associés à d'autres médicaments, notamment des psychotropes.
Dans son numéro de décembre, la revue Prescrire présente des observations du Centre régional de pharmacovigilance de Tours faisant état de troubles neurologiques liés à la prise concomitante d'un neuroleptique et d'un antidépresseur inhibiteur de la recapture de la sérotonine (alias IRS). Dans 6 cas sur les 37 rapportés, les neuroleptiques impliqués étaient des neuroleptiques "cachés" derrière un usage antiémétique : métoclopramide et

Lien permanent vers l'article complet

http://neuroleptique.sosblog.fr/victimes-b1/neuroleptiques-caches-b1-p91.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)